Hôtel administratif de Niort

Le passage couvert piéton
Le passage couvert piéton
Maquette du projet
Maquette du projet
Insertion du projet dans la ville, vue aérienne du chantier
Insertion du projet dans la ville, vue aérienne du chantier

Projet dans le tissu historique

Le projet de l’Hôtel administratif de Niort a été achevé en mars 2000 et fait suite à un concours d’architecture remporté en 1995 par le Studio Milou Architecture. Le programme du concours souhaitait réaliser environ 6 000 m2 de bureaux, une salle de diffusion musicale de 400 places et 250 places de parking souterrain pour réunir les services administratifs de la ville de Niort et certaines associations culturelles dispersées dans plusieurs bâtiments.

La composition urbaine retenue pour le projet visait à la présence affirmée, sur la place de la mairie, de deux nouveaux bâtiments dialoguant avec l’ancien hôtel de ville et cadrant visuellement la nouvelle rue couverte et piétonne de l’Ancien Oratoire. Par ailleurs, le projet privilégiait l’effacement de la perspective dans l’enfilade des rues. Une géométrie courbe a permis de renforcer ce parti pris d’effacement en dilatant en retour l’espace central de la rue couverte.

Mur en pierre calcaire clivées
Mur en pierre calcaire clivées
Façade calcaire sur la rue de l’ancien oratoire
Façade calcaire sur la rue de l’ancien oratoire
Mur de carrière végétalisée apparents dans le parking
Mur de carrière végétalisée apparents dans le parking

Matériaux

Un travail de construction soigné a présidé à la réalisation de ce projet et ceci dans toutes ses composantes. Ce travail révèle plusieurs niveaux de composition architecturale qui se superposent.

• L’expression de la géologie calcaire En effet ces parements de pierre sont laissés apparents dans les étages du parking souterrain et constituent un fond sur lequel se dessine sa structure courbe.

• Architecture du génie civil, béton de l’ouvrage. Le travail de génie civil visible dans la structure courbe du parking et sous le parement de façade révèle un ouvrage complexe dessiné selon des courbes tendues.

• Travail de parement pierre. Le travail de parement pierre ne vient pas cacher la structure en béton gris mais vient se poser en léger décalage pour permettre de percevoir la superposition des couches qui composent le projet. Plusieurs types de traitement de pierre sont utilisés : d’une part la pierre massive sciée, éclatée à la cliveuse et maçonnée dans les parties basses et d’autre part, la pierre épaisse agrafée pour les parties hautes.

• Travail de second oeuvre urbain Sur le mur en pierre des façades, un jeu d’éléments en serrurerie et en bois vient compléter le dispositif de façade et la mise en scène des espaces publics

Jeu de lumières entre murs et écrans inox
Jeu de lumières entre murs et écrans inox
Détail des écrans inox
Détail des écrans inox
Entrée dans passage couvert
Entrée dans passage couvert

Grille d’occultation des façades

Le programme exigeait que l’ensemble des locaux de rez-de-chaussée soit, comme les autres niveaux, occupé par des bureaux. Le motif choisi pour ces grilles d’occultation était un entrelacement de traits, comme celui que l’on obtient quand on remplit rageusement une feuille avec un stylo. Dans la mise à grandeur réelle de ce motif, l’agence a procédé par agrandissements photographiques de dessins de petite taille et par saisie informatique manuelle de ces agrandissements.

La méthode que suivaient les personnes en charge de la saisie informatique du dessin consistait naturellement à suivre mentalement les traces qu’avait faites le stylo et à saisir ces lignes l’une après l’autre en tentant de garder la tension graphique de la main levée. Cette opération s’est révélée assez longue et aucun des dessins saisis n’avait finalement le dynamisme graphique des dessins d’origine à la main.

Un jour, l’architecte Aviva Silbert a changé la méthode et a proposé d’ignorer les traits eux-mêmes et de ne saisir que les vides entre ces traits. Elle s’est mise à la tâche et le résultat fut immédiat. Sans qu’il soit nécessaire d’opérer aucune retouche, le dessin informatique retrouvait le dynamisme du dessin à la main. En quelques heures, l’ensemble des variations nécessaires à la réalisation des panneaux furent saisies.

Studio Milou Architecture
Mandataire de la maîtrise d’œuvre
Jean François Milou, architecte
Marie Milou, organisation contributions artistiques
Thomas Rouyrre, architecte, chef de projet,
Karim Ladjili, architecte assistant
Patrick Thomas, architecte assistant
Aviva F.Shpilman, archictecte assistant

Co-traitants techniques
BTP Niort, M.Corset (BET structures)
LBE Tours, M.Ledoux (BET fluides)

Maître d’ouvrage
Ville de Niort (79)
Nelly Thibaud, AMERU
Alain Choucq

Surface shon : 10.000m2 environ
Montant des travaux : 9.15 M€ HT
Livraison : mars 2000