Musée national de l'automobile, Mulhouse, Octobre 2005

Maquette en résine de polyester lors de la phase de finition avant peinture
Maquette en résine de polyester lors de la phase de finition avant peinture
Dernières vérifications des maquettes avant mise en peinture finale
Dernières vérifications des maquettes avant mise en peinture finale
Fixation à la nacelle des maquettes sur la façade
Fixation à la nacelle des maquettes sur la façade
Préparation des fixations avant levage de la maquette
Préparation des fixations avant levage de la maquette
Vérification de la maquette au 1/5ème avant mise en production de la maquette à l’échelle 1
Vérification de la maquette au 1/5ème avant mise en production de la maquette à l’échelle 1
Livraison des maquettes à Mulhouse
Livraison des maquettes à Mulhouse

Réalisation du nuage d’entrée

Pour la réalisation du nuage de voitures, nous nous sommes tout de suite heurtés au problème du choix des voitures à suspendre. Suivant le conseil de Richard Keller, nous nous sommes alors dirigés vers la création totale d’une voiture sans références permettant de répondre à toutes les exigences. Accompagné par le designer automobile Olivier Frémont, je me suis donc mis au travail. Tout d’abord le dessin sur papier à l’échelle 1/5e, puis la réalisation d’un Rough et le ponçage de celui-ci jusqu’à obtention des courbes générales du modèle sur les quatre faces. Le volume n’est travaillé que par élimination de matière, exactement l’inverse de l’architecture où l’on ne travaille que par accumulations successives. Enfin, nous passons avec Jean-Michel Roudaut à la réalisation du modèle à l’échelle 1. Mais l’agrandissement révèle des faiblesses inperceptibles à petite échelle : le modèle reste trop rond et manque de nerf. Jean François me met alors sur la piste : travailler par coupes et par éliminations. Nous nous mettons de nouveau au travail avec Jean-Michel qui prend sa scie sauteuse… et là, d’un coup, le modèle comme une pomme attaquée au couteau fait naître une série de lignes tendues. Le modèle est enfin équilibré et peut être dupliqué en 40 clones.

Musée National de l'automobile, Histoire du site

L’usine HKC à la fin du XIXème
L’usine HKC à la fin du XIXème
L’arbre de transmission vers les machines de filature
L’arbre de transmission vers les machines de filature
Les machines de filage du coton
Les machines de filage du coton
L’entreposage des bobines dans des paniers en osier
L’entreposage des bobines dans des paniers en osier
Le carnaval de Mulhouse dans les années 50
Le carnaval de Mulhouse dans les années 50

Histoire du site

1880 : Création de l’usine avec près de 640 ouvriers, spécialisés dans le peignage, la teinture, la filature et le retordage de laine, sous la raison sociale Heilmann, Koechlin, Kuneyl et Compagnie. L’usine se développe essentiellement dans un bâtiment à sheds, étendu au fur et à mesure des besoins.

1898 : Maurice Desaulles entre dans l’établissement et en devient le Pdg. Extension du site jusqu’au canal, et construction du bâtiment à trois niveaux en briques, dédié à toutes les opérations de préparation de la laine.

1925 : Transformation en Société Anonyme sous la raison sociale «Anciens Etablissements Heilmann, Koechlin et Desaulles»; le sigle HKD marquera les produits de l’usine jusqu’au contrôle par les Schlumpf qui suppriment le D en faveur d’un «C» pour «compagnie».

1957 : Rachat par les frères Schlumpf de l’Usine HKC.

1962 : Le peignage et le lavage sont arrêtés en 1962.

1965 : Arrêt de l’exploitation de l’usine HKC sur le site actuel du Musée :

1966 : Création du Musée Schlumpf.

1976 : Départ des frères Schlumpf.

1982 : Création du musée national de l’automobile.

2006 : Inauguration des nouveaux espaces, création de la Cité de l’automobile.

archives